RSS

Archives


résultat:


L’ado qui a failli se noyer toujours dans le coma

<P>L’adolescente bruxelloise est entre la vie et la mort<CREDIT> GDS</CREDIT> </P>

L’adolescente bruxelloise est entre la vie et la mort GDS

n.c.

Malmedy suite à l’accident à la piscine Mon Repos

L’adolescente bruxelloise qui a échappé de justesse à la noyade, samedi à la piscine en plein air de Malmedy, est toujours entre la vie et la mort. Héliportée vers l’hôpital de La Citadelle, la jeune fille de 15 ans est plongée dans un coma artificiel depuis samedi. La famille de Chloé (prénom d’emprunt) est très inquiète. Sa marraine nous a fait part de ses interrogations quant au déroulement des faits.

Samedi, Chloé (prénom d’emprunt) et une quinzaine d’autres résidents de l’Institut François d’Assise de Bouge, près de Namur, devaient passer une agréable journée à la piscine en plein air de Malmedy. “ Depuis de nombreuses années, notre institution qui accueille des personnes souffrant d’un handicap mental, organise un camp de vacances d’une semaine à Xhoffraix. Ce samedi, les 6 éducateurs et les 16 enfants se sont rendus à la piscine pour profiter de ce magnifique week-end ”, explique Michel Focant, responsable administratif de l’Institut François d’Assise.

C’est là que le drame s’est produit. L’adolescente, qui ne savait pas nager, a perdu pied et s’est retrouvée en perdition avant d’être sortie de l’eau par un maître nageur.

Héliportée vers l’hôpital de la Citadelle, Chloé a été admise aux soins intensifs où elle a été plongée dans un coma artificiel. D’après sa marraine, les nouvelles ne sont pas bonnes. “ Les examens ont révélé que son cerveau est atteint. Les poumons également. Ce lundi, les médecins ont tenté de la sortir du coma, mais elle a fait des convulsions. Ils l’ont donc replongée dans ce coma ”, explique-t-elle inquiète.

Si l’état de santé de Chloé préoccupe toute la famille, la marraine de la victime ne comprend pas comment un tel drame a pu se produire. “ Chloé avait une peur panique de l’eau. Jamais elle ne serait entrée dans une piscine. Comment s’est-elle retrouvée dans l’eau? Où étaient les éducateurs au moment de l’incident? ”

Du côté de l’Institut, on rappelle qu’aucun enfant n’a été obligé de se mettre à l’eau. Ceux qui le souhaitaient pouvaient profiter du soleil sur la pelouse.

Les enfants qui s’amusaient dans l’eau avaient pour consigne de rester dans la petite profondeur. Chloé était habituée à ces consignes puisque c’est la 7e année qu’elle participe à ce camp et que chaque année, une journée piscine est organisée ”, insiste Michel Focant.

Si une enquête est actuellement menée par la zone de police de Stavelot-Malmedy, l’Institut François d’Assise estime que chacun a fait son travail. “ Six éducateurs étaient présents autour de la piscine. L’accident s’est produit lorsque 2 éducatrices sont allées chercher des boissons pour désaltérer les enfants. C’est un accident dramatique ”, conclut Michel Focant.

L’adolescente bruxelloise est entre la vie et la mort GDS

Les + consultés

La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair,  La Capitale, Sudpresse

Rossel Advertising