RSS

Archives


résultat:


Les petits interdits de bus scolaire

<P>Seule la fille aînée d’Anne-Françoise peut encore profiter du bus scolaire.<CREDIT> N.L.</CREDIT> </P>

Seule la fille aînée d’Anne-Françoise peut encore profiter du bus scolaire. N.L.

n.c.

verviers transport scolaire
Mamans en colère à Ensival: leur cadet ne peut plus prendre le bus scolaire

Depuis une semaine, plusieurs mamans d’élèves de l’école communale d’Ensival ont eu la mauvaise surprise de voir le plus jeune de leurs enfants interdit de bus. Alors que le frère ou la sœur plus âgés peuvent monter, le plus petit doit se rendre à pieds à l’école. Pas évident pour l’organisation. Mais il s’agit de l’application pure et dure, et aberrante, d’un décret wallon.

Anne-Françoise Khadiri est la maman de 3 enfants dont deux filles de 8 et 6 ans, élèves à l’école communale d’Ensival. Mardi dernier, comme tous les matins, elle les mène à l’arrêt de bus rue des Chapeliers, juste en face de chez elle, pour les faire monter dans le bus scolaire. Et là, surprise: seule l’aînée peut monter dans le bus. L’accompagnatrice explique que la plus jeune doit aller à pieds, elle n’a plus l’autorisation de profiter des transports scolaires gratuits.

C’est aberrant, nous dit-elle. Je sais qu’il y a maintenant une loi qui dit que si l’école n’est pas à plus d’un kilomètre du domicile, les enfants ne peuvent profiter du bus scolaire. Mais mes filles avaient l’autorisation avant que ne passe cette loi. Elles devraient pouvoir y monter ”.

Anne-Françoise n’est pas la seule maman confrontée au problème. Plusieurs enfants de l’école communale d’Ensival sont dans le même cas, comme l’explique Aziza Touzani, maman de deux enfants dont le plus jeune est aussi interdit de bus.

J’ai rencontré la directrice de l’école et l’inspecteur Georges Clément, mais il paraît que la décision ne dépend pas d’eux.

Il s’agit en effet de l’application du décret wallon de l’enseignement (voir ci-dessous).

Les deux mamans ont demandé une dérogation mais n’ont pas encore la réponse.

Mon plus jeune fils a des problèmes pulmonaires et le sortir deux fois par jour en hiver, cela peut lui causer des problèmes ” nous dit Anne-Françoise.

Mon fils est à la limite hyperactif et j’ai peur pour sa sécurité quand je suis en rue avec lui. Le bus, c’est sécurisant, ” explique Aziza.

Ce qui indigne particulièrement ces familles, c’est le côté ridicule de la décision. “ Prendre l’aîné et laisser là le plus jeune, ça n’a aucun sens. Le contraire, ce serait déjà moins ridicule, nous disent-elles. Si le bus devait faire un détour ou s’il devait aller chercher des enfants habitant plus loin, on comprendrait. Mais ce n’est pas le cas. Il reste des places dans ce bus qui passe de toute façon devant chez nous. Alors prendre un enfant et pas l’autre, on ne comprend pas. Ils veulent sans doute que plus aucun enfant n’y monte pour pouvoir le supprimer ”.

Seule la fille aînée d’Anne-Françoise peut encore profiter du bus scolaire. N.L.

Les + consultés

La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair,  La Capitale, Sudpresse

Rossel Advertising